18 février 2007

Dissous ou dissout?

Dissout ou dissous; dissous, dissoute; participe passé de dissoudre; grammaire française; orthographe d'accord.

« Professeur aux HEC et essayiste de gauche bien connu, il avait pourtant brigué les suffrages à deux reprises pour l'Union des forces progressistes (UFP), parti qui s'est dissout dans Québec solidaire il y a un an. » (Antoine Robitaille.)

Quel est le participe passé du verbe dissoudre? Est-ce dissout ou dissous?

D'après Marie-Éva de Villers (2003), on écrit dissous au masculin, dissoute au féminin :

Le sucre s'est dissous dans l'eau.
La poudre s'est dissoute dans le lait.

Le Petit Robert (2007), à l'article « dissoudre », donne le même avis; cependant, si on consulte le tableau de conjugaison numéro 51, à la fin de l'ouvrage (dissoudre se conjugue comme absoudre), on lit ce qui suit : « Au participe passé, on écrirait mieux absout, dissout avec un t final, sur le modèle des féminins absoute, dissoute. »

Le Hanse-Blampain (1994 et 2000), à l'article « dissoudre », admet à la fois dissous, dissoute et dissout, dissoute. Les auteurs renvoient aux rectifications de l'orthographe proposées par le Conseil supérieur de la langue française.

Je crois donc que l'on peut écrire ou bien parti qui s'est dissous, suivant l'orthographe traditionnelle, ou bien parti qui s'est dissout, suivant la nouvelle graphie proposée - étant donné que celle-ci est consignée par Hanse et Blampain dans le corps de leur ouvrage. On peut s'attendre à ce que l'équipe du Petit Robert, dont la réflexion va dans le sens de la rectification proposée, reçoive la nouvelle graphie, à l'article « dissoudre », dans une prochaine édition.

Line Gingras
Québec

« Omar Aktouf ne sera candidat ni du PQ ni de Québec solidaire » : http://www.ledevoir.com/2007/02/16/131359.html?fe=292&...

Commentaires

Espérons que l'espoir levé par ma candidate aux élections présidentielles françaises ne soit pas dissous. C'est drôle, j'ai encore l'impression d'écrire une erreur d'orthographe.
Chaque homme.

Écrit par : chaque homme | 19 février 2007

Cette règle est en effet une des drôleries de notre langue. Contente d'apprendre que le "t" final soit de plus en plus accepté au masculin. Les étudiants vont être contents... et pas seulement eux!

Écrit par : Danaée | 21 février 2007

Les commentaires sont fermés.